Activités de résilience en Tunisie - Douar Hicher

Le projet Activités de résilience au profit des jeunes et des communautés en Tunisie (TYCRA) est un projet qui vise à renforcer l’autonomie des acteurs communautaires, notamment les jeunes, à identifier les tensions à la résilience des communautés, y compris les facteurs pouvant conduire à l'extrémisme violent.Financé par USAID, le projet est exécuté en Tunisie par FHI360 dans trois régions. Jeunesse Sans Frontières (JSF), partenaire local de FHI360, exécute quant à elle le projet à Douar Hicher durant la période du 30 janvier 2017 au 31 janvier 2018. 

         

Le projet consiste essentiellement à mettre en oeuvre dans un premier temps des activités de cartographie des tensions et opportunités à Douar Hicher afin de conduire dans un second temps des activités dans cette localité pour développer les capacités jeunes et de la communauté à renforcer leur résilience.

"La théorie du changement énonce que : SI les jeunes sont engagés et en capacité d’identifier et d'aborder les tensions économiques, politiques et sociales, en particulier les conducteurs de l’extrémisme violent (VE). Et SI la capacité des acteurs au niveau communautaire de collaborer avec les jeunes à la lutte contre ces conducteurs est renforcée, ALORS les jeunes et les communautés seront plus résistants aux pressions identifiés y compris l'extrémisme violent".

 JSF - Un Nouvel Elan de Citoyenneté

Sous le thème "حومتنا مرايتنا" "Notre quartier Notre Image", JSF et les jeunes de Sharekna ont entamé depuis 25 mars 2018 une série d'action visant à nettoyer et à embellir les principales artères de la cité Douar Hicher. Ceci entre dans le cadre des activités de résilience qui visent, d'une part, à permettre aux jeunes d'apporter du bien à leur communauté, et de l'autre part, à inciter leurs concitoyens à participer avec eux pour le bien-être de tous.

Jusqu'à maintenant, trois grandes campagnes ont été effectuées et ont touché les rues suivantes :

  • Avenue des Martyrs (Imada Douar Hicher) : le 25 février et le 3 mars 2018,
  • Avenue Ali Al-Balouane (Cité Al-Shabab) : le 4 mars 2018,
  • Avenue Abu Al-Qasim Al-Shabi (Cité Al-Naseem) : le 11 mars 2018.

Les activités portent sur le nettoyage de ces rues, l’installation de poubelles au long de chaque rue, et le dessin de Graffiti pour la sensibilisation des habitants surtout quant à l’apport positif du travail en commun et la propreté de la région.

Elles ont été réalisées en collaboration avec plusieurs associations locales, et notamment l’association منتدى تونس للتمكين الشبابي بمنوبة, l’association القلب الأخضر, le bureau local de l’association المصائف والجولان, les membres du comité consultatif qui assurent le suivi de toutes les activités du projet depuis sa date de lancement, la Maison des jeunes et la municipalité de Douar Hicher.

En marge de ces actions, et durant le premier jour des activités, la Première Unité mobile d’animation des quartiers relevant du Commissariat régional des affaires de la Jeunesse et des Sports à Mannouba, a organisé un festival pour attirer l’attention des gens quant à l’apport des jeunes de la région et les informer sur l'étendue et les objectifs poursuivis par ces activités.

Enfin et pendant les semaines prochaines, d’autres rues devront être touchées et plein d’autres activités seront organisées pour faciliter l’intégration des Jeunes de Douar Hicher dans la vie publique.

JSF_Un nouvel Elan de citoyenneté

Dans le cadre du projet Sharekna, et suite aux enquêtes visant à cartographier les ressources, menaces et opportunités dans la municipalité de Douar Hicher ainsi que d'élaboration d'un plan d'action collaboratif, Jeunesse Sans Frontières a lancé jeudi 18 janvier 2018 les activités de résiliences conçues en concertation avec les jeunes et les autorités locales. Ces activités, financées par USAID, sont exécutées tout au long de l'année 2018 en partenariat avec le Commissariat régional de la Jeunesse et des sports, et la Maison des jeunes de Douar Hicher.

Les activités prévues peuvent être réparties sur 4 axes principaux:

  • participer à la équipement de la Maison des jeunes de Douar Hicher, et surtout les clubs de musique, de dance et de théâtre, en plus de l'achat de matériels pour les salles de formation et la mise en place d'une radio web locale;
  • participer à l'aménagement, le nettoyage et l'embellissement des principales routes à Douar Hicher (5 grandes routes);
  • équiper les associations sportives locales;
  • organiser des séries de formations orientées vers les jeunes dans les domaines liés surtout à l'emploi et la participation civique et politique.

JSF_Un Nouvel Elan de Citoyenneté

Dans le cadre du Projet Sharekna, qui a pour but de renforcer la résilience de la communauté de Douar Hicher et particulièrement celle des jeunes, aux tensions économiques, politiques et sociales, y compris la menace d'extrémisme violent, JSF a organisé à Hammamet, du 14 au 16 juillet 2017, un Atelier collaboratif de planification communautaires.

L'atelier a réuni des représentants des administrateurs publiques, les représentants des associations locales, des experts, des activistes locaux et les jeunes cartographes, afin de développer un plan d’action collaboratif qui énumère les activités de résilience à exécuter en partenariat par ces différents participants

L’atelier CSAP est animé en utilisant une méthodologie systémique connue sous le nom Whole System in the Room (WSR). Cette méthodologie systémique permet d’impliquer tous les intervenants d’un système social lié à une question ou un thème dans un processus de changement qu'ils s’approprient et façonnent. L’atelier constitue un forum où les représentants de divers groupes travaillent ensemble pour :

  • Développer une vision commune de la question,
  • Analyser la réalité actuelle et décider ce qui doit être changé,
  • Générer des idées sur comment et quoi changer,
  • S'engager à mettre en œuvre des plans d’actions à court terme (trois mois) et à long terme (trois ans) pour réaliser la vision commune.

 Pourquoi cette méthodologie ?

  • Les gens soutiendront ce qu'ils aident à créer. Lorsque les gens sont impliqués dans le processus décisionnel, il se réalise plus rapidement et avec moins de résistance,
  • Les ateliers du type CSAP ont accès aux personnes qui disposent des informations nécessaires pour enrichir le processus de changement.

Comment diffère l’atelier CSAP de la Réunion participative typique ?

Les principes du CSAP ouvrent la voie à un autre type d'atelier : 

  • L'ensemble du système participe - un échantillon représentatif du plus grand nombre possible de parties intéressées. Nous incluons des personnes ayant autorité, ressources, expertise, information et besoins. Cela signifie plus de diversité et moins de hiérarchie que ce qui est habituel dans une réunion de travail, et une chance pour chaque personne d'être entendue et d'apprendre d'autres façons d'examiner la tâche à accomplir.
  • Les scénarios futurs - les participants sont placés dans une perspective historique et globale. Cela signifie penser à la « vue d’ensemble » avant d'agir localement. Cette fonctionnalité améliore la compréhension partagée et favorise un plus grand engagement pour agir.
  • Les gens gèrent eux-mêmes leur travail et utilisent le dialogue comme principal outil.
  • Le terrain commun est le cadre de référence plutôt que la « gestion des conflits ».
  • Les participants sont invités à être responsables de leurs points de vue, engagements et plans d'action.

Durant cet atelier, nous sommes arrivés à attirer l'attention des participants sur les problèmes dont souffre la communauté en général et les jeunes en particulier, leurs responsabilités et ce que chacun peut apporter pour sa communautés.

Un plan d'action énumérant les projets et activités a été élaboré et il vise essentiellement à renforcer l'intégration des jeunes dans la vie publique en se concentrant sur trois axes:

  • renforcer la participation des jeunes dans la vie associative,
  • renforcer la participation des jeunes dans la vie politique,
  • renforcer les capacités des jeunes pour intégrer le marché du travail.

Cette problématique a été dégagée par les jeunes cartographes suite aux enquêtes qu'ils ont conduit sur le terrain a Douer Hicher et l'analyse qu'ils ont fait eux-mêmes. L'analyse est disponible via ce lien Résultats de la cartographie communautaire de Douar Hicher.

 

JSF_un Nouvel Elan de Citoyenneté

 

Dans le cadre du projet Sharekna et dans le but de discuter les résultats préliminaires de l'enquête sur terrain, effectuée par les jeunes cartographes, JSF a organisé 6 focus groups durant la période du 29 avril au 07 mai 2017 à la maison des jeunes de Douar Hicher. Chaque focus group a été animé et reporté par les jeunes cartographes eux-mêmes. Pour ce faire, les jeunes ont bénéficié d'une formation relative à l'animation des focus groups, ses principes et ses utilisations. Par des exercices pratiques de simulations et de jeux de rôle, les jeunes ont assimilé les techniques de facilitation, de reporting mais aussi de gestion des conflits.

Six différentes cibles ont participé aux focus groups et ont abordé des points importants susceptibles d'aider l'association au cours de l'implantation des activités de résilience et aussi au bon achèvement de l'enquête sur terrain, et dont on peut citer:

  • la participation des jeunes de Douar Hicher aux activités communautaires (les causes de réticence ou de refus et les propositions pour engager les jeunes);
  • la perception des jeunes du succès des jeunes (l'existence d'une certaine différence selon le genre et ses causes, les opportunités qui aident les jeunes et si elles sont disponibles pour tous les jeunes);
  • les comportements à haut risque chez les jeunes de la zone (les causes et les solutions);
  • la perception négative des jeunes de leur communauté (les causes et les solutions).

JSF_un nouvel Elan de citoyenneté